Le Réseau Saint-Marcel

Présentation

Plus grand réseau souterrain de l'Ardèche, quatrième réseau de France, la Grotte Saint-Marcel compte à ce jour 64,2 km de galeries topographiées. Cet immense labyrinthe souterrain est toujours en cours d'exploration.
La Grotte Saint Marcel est découverte en 1836, mais ce n'est qu'en 1892 qu'Edouard Alfred Martel explore et dresse les premiers plans et coupes du réseau sur 2260 m de long. 
Entre 1931 et 1947, le spéléologue Robert De Joly reprend l’exploration du réseau et franchit la « Grande Barrière », terminus des explorations antérieures. Sous sa supervision, l’armée perce ce bouchon à l’explosif, ouvrant sur de nouvelles galeries. La topographie est alors augmentée à 3260 mètres
En 1956, le Groupe de spéléologie du Forez (SGF) reprend les explorations. Rapidement d’autres groupements de spéléologues les rejoignent (Equipe de Bruxelles, Les Frères Courbis, Groupe de la Basse Ardèche…). En ces temps riches en découvertes, une émulation s’installe entre les différents groupes. La longueur des galeries explorées augmente rapidement passant de 4260 m en 1953 à 24 757 m en 1977.
  • Grotte saint Marcel-Topographie-Reseau-E.A.Martel
A partir des années 90, l’exploration continue dans les niveaux exondés et ennoyés du réseau de Saint-Marcel.
Initiées en 1966 par Ferdinant Meuret, les plongées dans les niveaux inférieurs noyés s’intensifient avec les campagnes du groupe Avens dont le plongeur Philippe Brunet, puis plus récemment celles de Jean-Pierre Baudu. Le réseau exondé se développe également avec la découverte de l’Aven de Noël en 1990, la jonction avec la Grotte Deloly en 2003 puis celle de la Perte de la Cadière en 2005.
Deux découvertes récentes (2019-20) portent aujourd’hui le réseau au-delà des 62 km de galeries avec la jonction réalisée entre le réseau de Saint-Marcel et l’Aven Noël et la découverte de deux nouvelles salles au bout du réseau 1 : la Salle du Rhinocéros et la Salle du Déconfinement.

Regardez le reportage de l'Emission Faut Pas Rêver de France 3 et revivez la découverte de la Salle du Rhinocéros comme si vous y étiez ! 
  • reseau-exploration-des-galeries-noyees-photo-s-rocheil-12-40
  • reseau-exploration-des-galeries-noyeesphoto-s-rocheil-6-41
  • reseau-exploration-des-galeries-noyees-photo-philippebrunet-42
  • reseau-acce-s-a-la-salle-du-rhino-credit-photo-g-scherk-44
  • reseau-exploration-des-galeries-noyeesphoto-jp-baudu-45
On sait aujourd'hui que le réseau de Saint Marcel est organisé en cinq niveaux superposés sur 325 m de hauteur (+218m / -107m par rapport au niveau de l’Ardèche). 
Il y a donc trois niveaux supérieurs « fossiles » anciennement creusés par la rivière souterraine et deux niveaux noyés toujours actifs dont le plus profond descend 107 m sous l’Ardèche actuelle.
C'est ainsi le plus long réseau noyé de France avec un total de 19 km de galeries inondées.

Huit entrées sont aujourd’hui connues.
Deux entrées artificielles : l’Entrée Touristique (191 m NGF ; + 147 au-dessus de l’Ardèche) et l’Aven Despeysse (224 m NGF/ +180 au-dessus de l’Ardèche).
Et 5 entrées naturelles : l’entrée historique nommée « Entrée Naturelle » (87 m NGF/+43 m au-dessus de Ardèche), la Grotte Deloly (57 m NGF/+13m au-dessus de l’Ardèche), La Perte de la Cadière (47 m NGF/+3 m au-dessus de l’Ardèche), la Grotte du Bateau (49 m NGF/ +5 m au-dessus de l’Ardèche), la Source de l’Ecluse ( 44m NGF/ niveau de l’Ardèche), et l’Aven Noël (262 m NGF/ +218m au-dessus de l’Ardèche).